Get Adobe Flash player


collazo pt

 

Avec son deuxième album, le jeune salsero portoricain Yan Collazo réaffirme sa position dans l’univers musical latino.

 

 

 

 

 

 

collazo 1Le Portoricain Yan Collazo fait parler de lui depuis un certain nombre d’années, en particulier à partir de 2009, une date clef dans son parcours musical.


Dans son deuxième album, ‘Homenaje a mi ídolo Tito Gómez’, Collazo insuffle une nouvelle vie, très personnelle d’ailleurs, aux douze titres du maestro Gómez, décédé en 2007 : « Vous allez écouter ma propre version du travail de Tito Gómez, de ses tubes … Je rêvais de lui rendre hommage parce qu’il nous a légués un grand héritage ; je le connais très bien parce que dans le Groupe Niche nous avons beaucoup chanté ses chansons».


collazo 2On écoute beaucoup sur les ondes ‘Fue tan fácil’, premier single de cette production, dont les paroles ont été écrites par Yan. Quant à la vidéo de ce titre, son tournage a eu lieu à Mexico, Acapulco et Veracruz. Deux autres titres de cette production, ‘Nuestro secreto’ y ‘Las mujeres están de moda’, sont aussi devenus de super tubes en Amérique latine et aux Etats-Unis. Mais Yan ne s’arrête pas là, il travaille déjà sur son prochain CD, qui inclut une chanson de Victor Manuelle.


Collazo admet que sa musique a été très influencée par Maelo Ruiz, Gilberto Santa Rosa, Marc Anthony, Victor Manuelle et bien entendu par les compositions de Tito Gómez. Il estime que tous ces artistes ont réinventé la salsa.


collazo 3Il ne faut pas oublier que la vraie école de Yan Collazo a été son travail au sein de deux formations musicales prestigieuses, l’Orchestre Guayacán et le Groupe Niche, où il a fait ses marques. Ce n’est qu’en 2012 qu’il s’est lancé dans une carrière solo ; dans cette étape, après son départ de Niche, ‘Cállate’, single de son album ‘Valió la pena esperar’, a été son premier grand succès.

 

NOTRE MUR FACEBOOK