Get Adobe Flash player
  • angelicalopez pt
  • Show case à La Peña de l’artiste colombienne Angélica Lopez, magicienne de la fusion,  le vendredi 21 octobre

 

 

 

 

‘Madremonte’, le nouvel album d’Angélica Lopez

 

angelicalopez 2Entourée d’un halo de réussite, la chanteuse et compositrice colombienne Angélica Lopez,  dont le parcours est jalonné de tubes, nous revient avec un disque marqué par la fusion.

Née à Carthagène, sur la côté Caraïbe, Angélica a su marier heureusement les sonorités  traditionnelles de sa région natale, la musique de la côte Pacifique colombienne et le tempo du rock et de la musique urbaine, dans une explosion de créativité et de rythmes trépidants. Elle est basée à Londres et sans doute l’expérience britannique a laissé des traces sur ses compositions.

C’est ça l’essence de ‘Madremonte’, un CD où Angélica Lopez n’hésite pas à faire appel  aux instruments typiques de la Colombie, tels que la gaïta (cornemuse), l’accordéon vallenato, la tambora, les maracas, le guacho ou encore le marimba de chota. Mais ses musiciens jouent aussi de la guitare électrique, le saxophone ou la clarinette, mettant en valeur des accords contemporains. Une musique donc  où  s’entremêlent tradition et modernité. 

Les chansons

angelicalopez 3Parmi les 10 titres en espagnol de Madremonte (plus un bonus track en anglais), on peut mentionner ‘Así soy’, expression de l’identité caribéenne, et ‘ Aluma’, une incitation à la réflexion sur l’avenir de la planète, de la Pachamama, la terre nourricière. Ou encore  ‘Love song,  Yo te amaré siempre’, une belle chanson d’amour.

‘Mala pa’ la cama’ est un vrai tube.  Cette phrase, qui donne son nom à ce titre,  trouve ses racines dans la tradition orale de la Colombie, que ce soit de la côte Caraïbe, de la vallée du Cauca ou d’ailleurs. D’après ces récits, les femmes qui ne savent pas faire la cuisine  ne sont pas très douées pour faire l’amour.  Le ton de ce morceau est humoristique et souligne qu’il ne faut pas trop se fier aux apparences.  Le tout sur une musique qui entraine à danser.

Angélica Lopez a compté sur la participation  du groupe ‘Herencia (héritage) de Timbiquí’, une formation musicale colombienne lauréate au Festival de Viña del Mar, Chili.

Par ailleurs, les paroles de ‘Madremonte’  ont un but : participer à la prise de conscience sur le besoin de protéger la planète. Des photos, des conférences et des rencontres sur fond musical, des vrais shows, renforcent ce message.

Angélica Lopez, quelques repères biographiques

angelicalopez 1Le rêve de cette Colombienne « costeña » a toujours été, depuis son enfance,  de chanter en public.

A l’âge de 17 ans, ce rêve commence à se cristalliser : elle démarre sa carrière en chantant des rancheras, un genre musical mexicain.

Plus tard, en 1996, Angélica obtient  un prix au concours national de chant organisé par Radio Activa, en Colombie.

En 2002, elle débarque au Royaume Uni et représente son pays au Festival international de musiques du monde, à Londres.

A présent,  elle et son groupe jouent de la musique traditionnelle et populaire colombienne, en particulier celle de sa région d’origine.  Les accords de la cumbia, du porro ou encore du vallenato ont résonné dans des salles  britanniques prestigieuses, ainsi qu’aux Festivals outre Manche  réputés.  

Au fil des années, Angélica Lopez et son groupe sont devenus des ambassadeurs hors pair de la musique colombienne. 

Cliquez ici pour regarder une vidéo sur le show case d'Angélica Lopez à La Peña Saint-Germain:

 

 

 

NOTRE MUR FACEBOOK