Get Adobe Flash player

Cano Estremera, ‘el dueño del soneo’ : Interview

estremera_pt

 

A  l’occasion de son premier concert à Paris,  Cano Estremera  a proposé  à son public une sorte de vision panoramique de sa carrière. Avant de monter sur scène, le chanteur portoricain s’est entretenu avec nous.

 

 

estremera_1Cano, parlez-nous un peu de votre parcours

D’abord, je n’ai pas fait partie de beaucoup de formations musicales. Ma carrière de soliste a été un peu difficile, mais  maintenant cela se passe très bien.  Je n’ai pas eu l’occasion de vivre la meilleure époque de la salsa et sans doute cela explique  mon orientation vers l’aspect technique de cette musique. J’ai tout fait pour apprendre et  évoluer. Par ailleurs, je ne suis pas  un chanteur qui suit la mode.

Voulez-vous dire que vous vous inscrivez plutôt dans la tradition de la salsa, à l’écart des modes ?

En effet, c’est cela que j’essaie de faire. En tant que chanteur, je   vais vers la tradition de la salsa,  vers le soneo.  Il y a beaucoup de chanteurs, mais ce n’est que tous les vingt ans qu’un vrai sonero monte sur scène. Mon travail s’inscrit dans ce cadre ; cela dit, je fusionne ma musique avec d’autres rythmes, ce qui donne à mon travail un sceau très personnel.

estremera_2Comment  pourrait-on classifier votre style ?

J’estime que je suis un avant-gardiste.  Pour la plupart, les chanteurs de salsa  se sont bornés à imiter  l’art des soneros. Ils tournaient un peu en rond. Quant à moi, je prends des risques : dans mes prestations, j’essaie d’être le moins conventionnel possible.  Autrement dit, j’essaie de créer quelque chose de différent.  Je bouscule quelques repères  et, à vrai dire, beaucoup de ‘traditionnalistes’ n’en  sont pas très contents.

Où se situe cette rupture  dont vous parlez ?

Lorsque je me suis mis à étudier la musique des soneros, que ce soit du Cubain Benny Moré ou du  Portoricain Ismael Rivera, je me suis aperçu que la salsa pouvait très bien se marier  avec  la musique folklorique, le jazz, la musique brésilienne, ainsi que avec la musique cubaine contemporaine ou traditionnelle ; j’ai compris que l’expérimentation était possible, que l’on pouvait repousser certaines limites. Je donne beaucoup d’importance à l’aspect poétique, à la rime. Ce n’est pas le cas de beaucoup de chanteurs, qui privilégient plutôt la musique. Par exemple, dans la musique cubaine on assiste à une modernisation de la musique, mais  c’est beaucoup moins le cas sur le plan du chant. Autrement dit, je souhaite faire évoluer le chant  en même temps que  la musique. L’improvisation dans le soneo doit être plus difficile, plus exigeante que par le passé.

 estremera_3En quoi votre soneo est différent ?

Il est tout à fait différent : chaque fois que je me produis, je réactualise mes chansons. J’adapte mes improvisations à l’actualité, à ce qui se passe autour de moi et de mon public. Je essaie de refléter  dans mes chansons la pensée du peuple ; c’est ça le travail du sonero, qui à la limite est une sorte de journal du peuple. Si le sonero est à l’écoute de ce qui se passe autour de lui, il aura toujours  beaucoup de sujets d’improvisation.  Cela veut dire aussi  qu’il doit   parler comme les gens et démontrer  qu’il comprend  son public.

estremera_4Quels sont vos morceaux les plus connus ?

Du point de vue de la diffusion commerciale,  on pourrait citer ‘La boda de ella’, ‘El muñeco de la ciudad’, ‘El Mercedes’, ‘Buen corazón’. Je n’ai jamais enregistré avec  les grandes maisons de disque ;   si quelques unes de mes chansons sont devenues des tubes c’est grâce à mon public, au bouche-oreille.

Des projets d’un nouveau CD ?

Je n’ai pas enregistré depuis quatre ou cinq ans. Je prépare un album, dont le titre est ‘Cano Estremera, el mejor de la salsa’. Comme vous voyez, je cherche toujours la  polémique.  Je souhaite que la salsa ne soit plus une musique d’initiés, de spécialistes ; il faut qu’elle redevienne ce qu’elle était auparavant, une musique de masse, vraiment populaire.

 

Photos : Cano Estremera avec François, Azuquita, El Niche, DJ attitré de La Peña, Patrice et son épouse, Evica.

 

 

 

NOTRE MUR FACEBOOK