Get Adobe Flash player

Richie Ray : Interview

richie_ray_pt_1

 

Richie Ray  n’hésite pas à fusionner  les rythmes nouveaux et la salsa.  

 

 

 Qu’est-ce que vous avez fait récemment ?

richie_ray_1Nous avons enregistré un album hommage à Joe Arroyo, le grand chanteur colombien. Lui-même  chante avec Bobby Cruz les tubes les plus marquants de sa carrière. Nous avons travaillé assez rapidement, tout a été très fluide.  Nous savons que notre public attend ce disque avec beaucoup d’expectative.  Sa sortie est prévue pour le mois d’octobre. La musique de Joe Arroyo et la notre  se ressemblent  beaucoup, donc nous avons travaillé avec joie, d’autant plus que nous avons ce projet en tête depuis  des années. Par ailleurs, il y a environ un an, nous avons aussi lancé un CD de salsa moderne, tout à fait dans notre style, ‘Âme, terre et racines’, dont les titres son inédits.

 Et avant ?

En 1974 nous nous sommes convertis au christianisme et il s’en est suivi une période d’un certain isolement. Ce n’est qu’en 1999 que nous avons repris le travail.  Nousavons enregistré beaucoup de disques, environ cent vingt, et il faut dire que le public n’a pas oublié notre musique. En quelque sorte, nous sommes victimes de notre propre succès : il n’est pas facile de lancer de nouvelles chansons parce que les gens veulent toujours écouter  nos anciens tubes.  Ce que nous appelons notre ‘trilogie’ est toujours très demandé : Jala jala, Acúsate et El sonido bestial.

Qu’est-ce que vous pensez de la fusion, du reggaeton ?

Si bien notre salsa est assez classique, nous  n’hésitons  pas à la mélanger à des rythmes modernes. Déjà,  la salsa est la fusion de sonorités afro-cubaines traditionnelles et de jazz ou rock.   Aujourd’hui, le reggaeton n’est  qu’un rythme de plus dans  l’évolution de la musique latine. C’est un élément très intéressant, qui apporte beaucoup de couleur à la musique. Par exemple, nous avons composé une chanson qui s’appelle ‘La vieja reggaetona’ ; avec beaucoup d’humour, nous y racontons l’histoire d’une vieille dame à l’esprit très large, très jeune. Sans tomber dans l’excès, nous ne rejetons  pas un genre musical qui à la limite est une sorte de poésie du peuple … et puis nous aimons expérimenter avec toute sorte de musique.

 richie_ray_2Vous vous produisez beaucoup en ce moment ?

   Les nouvelles technologies  ont tué l’industrie du disque : avant  qu’un album soit dans les bacs, tout le monde l’a enregistré sur internet gratuitement.  Les CD  nous permettent   de rester dans le monde de la musique, mais  à l’heure actuelle ce n’est plus intéressant du point de vue  financier.  Autrement dit, la musique est redevenue ce qu’elle était auparavant : il faut se produire en public, monter sur scène. A présent, la scène est  le centre de tout.

Quel sont les sujets  de  vos chansons ?

 Lorsque nous nous sommes convertis au christianisme,   nous avons composé beaucoup de chansons en rythme de salsa, mais avec un message très précis.  Donc nous avons composé ‘Juan en la ciudad’, qui est notre version de l’histoire biblique du fils prodigue. Elle est devenue notre chanson la plus populaire, la plus vendue. Nous chantons aussi l’amour  et  la famille. Nos sujets  expriment toujours des valeurs positives.  Mais nous continuons de jouer en rythme de salsa, comme d’habitude, avec beaucoup de ‘descargas.

richie_ray_3Quels sont vos projets ?

Nous sommes en train de travailler sur une idée de film qui raconte notre parcours musical et  nos vies en général.  Souvent, l’image de la salsa et des salseros   n’est pas très positive. Nous avons démarré comme tous les artistes, mais dans nos vies il y a eu une sorte de rédemption. Et nous souhaitons partager cette expérience. Donc nous travaillons dans ce sens dans le film en question. Cela dit, ce n’est pas facile, mais nous espérons mener à bien ce projet dans deux ou trois ans. En ce moment, nous travaillons sur le scénario avec  une écrivaine portoricaine, Vicky Hernandez.  

Et à propos de vos tournées ?

Nous avons programmé une nouvelle tournée en Europe en octobre : nous allons  en Espagne et aux Pays Bas. L’Europe est un bon marché pour la salsa.

 

 

NOTRE MUR FACEBOOK