Get Adobe Flash player

La Yegros, reine de la cumbia électro. Interview

  • yegros pt
  • La chanteuse argentine Mariana Yegros  continue sur sa lancée, après avoir signé un super tube en France, ‘Viene de mí’

 

 

 

 

 

 

 

 

  • yegros 1Nourrie des musiques argentine, colombienne et urbaine, cette jeune chanteuse qui nous arrive de Buenos Aires, a su faire un mélange époustouflant de modernité et tradition. Elle entremêle des sonorités issues du folklore de la province de Corrientes, le chamamé, de la cumbia colombienne, très populaire en Amérique latine, et du hip hop. Résultat : une cumbia électro, métissée et entêtante, qui invite à danser.

 

  • Mariana, qui est La Yegros ?
  • Elle est une chanteuse argentine, née à Moron, un quartier populaire à l’Ouest de Buenos Aires. D’un père électricien et d’une mère institutrice passionnés de musique, elle a fait des études  plutôt axés sur le monde culturel, en particulier sur la musique. C’est comme ça qu’elle est arrivée au chant lyrique…jusqu’au jour où elle a passé un casting de théâtre alternatif.
  • Ça a été une rupture ! A partir de ce moment-là ma vie et ma carrière ont changé. Et par la suite, j’ai eu l’occasion de chanter devant 15.000 personnes. Impressionnant !
  • yegros 2Peut-on parler de construction d’une nouvelle identité ?
  • J’ai commencé à écouter des sons différents venus d’ailleurs, en particulier de l’Afrique. Cela m’a permis de découvrir mon timbre de voix. Ça a été le déclic de ma nouvelle voie, de l’écriture de mes chansons. Mais en Argentine j’étais trop alternative, trop underground, donc le départ vers l’Europe s’est imposé comme une évidence. D’abord j’ai testé Barcelone et ensuite j’ai déménagé  à Paris.
  • Et ton premier album, ‘Viene de mí’, est le produit de cette première étape de ta carrière ?
  • En effet, cet album  studio a été enregistré en Argentine. Il est très argentin pour ainsi dire. Lorsque je suis arrivée en France, il a eu du succès. Il faut dire que Paris représente pour moi une deuxième rupture, très enrichissante d’ailleurs. Un changement de vie.
  • Depuis tu as lancé un deuxième album ?
  • Mon deuxième CD s’intitule ‘Magnetismo’. A différence de ‘Viene de mí’, il a été conçu en fonction de l’orchestre, même si cela a été parfois un peu à distance lorsque j’étais en tournée. Il a été aussi diffusé en Argentine mais a été produit par Soundway (Royaume Uni).
  • yegros 3Des nouveaux projets?
  • Je prépare mon prochain album. Il y aura plusieurs producteurs (un Hollandais et un Portoricain, entre autres), des sonorités  diverses, ainsi que des voix différentes.
  • Cela veut dire qu’il y aura des artistes invités ?
  • On verra. C’est trop tôt pour le dire. Tout est en préparation.
  • Et quel sera le style de cet opus ?
  • Je garde mon style, ma marque de fabrique : un mélange de cumbia, de folklore argentin et d’éléments électroniques.
  • Est-ce que la France a apporté quelque chose en particulier à ta musique ?
  • Oui, bien sûr. Elle m’a apporté des couleurs différentes et quelque chose d’inestimable, le contact avec des artistes et des musiques d’autres latitudes que je ne connaissais pas.

 

NOTRE MUR FACEBOOK